CHARMOY-CITY, REMPARTS ET INSCRIPTIONS AU CHÂTEAU LOUIS XI (3ème épisode) - du 22 avril 2019 (J+3778 après le vote négatif fondateur)

    Le récent incendie qui a frappé la cathédrale Notre-Dame de Paris semble avoir remis brusquement au premier plan l’intérêt pour notre patrimoine historique national.

    Prurit communicationnel passager des politiciens attrape-tout ou réflexion véritable ?? Qu’importe, le moment semble indiqué pour publier le dernier épisode de notre série « CHARMOY-CITY, REMPARTS ET INSCRIPTIONS AU CHÂTEAU LOUIS XI ».

     Rappelons que la publication de cette série avait été initiée le 27 février dernier, à la suite de la parution, dans Le Bien Public du 25 février, d’un grand article intitulé : « AUXONNE Patrimoine La rénovation du château Louis XI, un défi technique pour les ouvriers ».

      Ne trouvez-vous pas aujourd’hui que ce titre un peu ancien a, dans son enflure même, des accents rétrospectifs d’actualité !?

       Cette petite remarque étant faite, reprenons notre petite étude et redéfinissons d’abord ses buts.

     Le premier épisode de la série visait à bien distinguer le Château Louis XI proprement dit, monument historique inscrit, des remparts de la ville en général.

CHARMOY-CITY, REMPARTS ET INSCRIPTIONS AU CHÂTEAU LOUIS XI (1er épisode) - du 27 février 2019

    Le second visait à préciser le concept de Monument Historique (MH), à mettre à la disposition de nos lecteurs une liste officielle des MH locaux et à bien faire le distinguo entre MH classé et MH inscrit.

CHARMOY-CITY, REMPARTS ET INSCRIPTIONS AU CHÂTEAU LOUIS XI (2ème épisode) - du 13 mars 2019

     Le présent épisode, dernier de la série, dont l’objet sera très court, nous conduira, encore une fois, au Château Louis XI pour y découvrir une cheminée à faire rêver le père Noël….

     En effet, depuis le 1er décembre 1913, cette cheminée du XVIème siècle, en pierre sculptée dont le manteau porte les Armes royales et la Salamandre de François Ier, a acquis le statut de MH classé (catégorie objet mobilier). Elle se trouve dans l’ancienne Salle des Gardes, au rez-de-chaussée d’un bâtiment situé à droite en entrant,  juste après la caserne du XVIe siècle dont l’avenir nous dira si le projet de futur musée y sera réaliséé un jour.

       C’est du moins ce que pourrait laisser prévoir le procès-verbal du CM du 22 janvier dernier (page 9)

Nous avons d’ailleurs déjà  publié cet extrait de procès-verbal dans notre précédent épisode pour éclairer un  dialogue entre deux conseillers municipaux sur le thème : « inscrit ou classé ? ».

   N’en déplaise à l’un des deux dialogueurs, qui affirme que « l’intérieur [du château Louis XI] n’est pas classé » (procès-verbal du CM du 22 janvier dernier (page 8)), il se trouve que  la seule partie du Château qui soit classée, se trouve précisément à l’intérieur.

    Et c’est justement la cheminée dont nous venons de parler !

    Nous en faisons à présent la preuve  tout en rendant hommage à Ferdinand CLAUDON (1871-1935), archiviste départemental qui publia en 1915 un inventaire détaillé des monuments historiques de la Côte-d’Or.

     Un de ces travailleurs de longue haleine qui laissent une œuvre précieuse bien qu’obscure. Tellement différent de tous ces bateleurs opportunistes et communicants de kermesse venus battre les planches de la scène communicationnelle sur fond d’incendie frappant notre patrimoine !

Charmoy-City, une cheminée qui tire...le Château vers le haut

Charmoy-City, une cheminée qui tire...le Château vers le haut

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 22 avril 2019 (J+3778 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Documents

Retour à l'accueil