LES VISITEURS DU SOIR  - du 20 MARS 2015 (J+2284  après le vote négatif fondateur)

   Avant-hier soir, 18, j’assistais à Auxonne, à l’Aiglon, à une réunion pour les départementales organisée par « L’alternative pour le Val de Saône », portée par le binôme Ludmila Monteiro-Wilfried Le Goff (MoDem), et ses suppléants Maryvonne Vergniaud-Karim Zouine.

   Sur le fond, le groupe a repris, dans son exposé à quatre voix, les thèmes déjà présentés à Villers-les-Pots le 5 mars dernier (pas de cumul des mandats, emploi, « vivre ensemble »,…).

ALTERNATIVE - du 06 MARS 2015  

    L’absence de caciques ou d’apparatchiki venus en soutien des candidats, le style empreint d’une certaine décontraction, par ailleurs non dépourvu d’enthousiasme, et exempt des ficelles des vieux routards de la politique, tout cela appelait de nouveau cette note de sympathie que l’on accorde volontiers aux outsiders courageux, mais parfois téméraires.

    Et pourtant, la réunion d’avant-hier soir ne ressemblait pas à celle du 5 mars. Cette différence ne tenait pas aux candidats eux-mêmes, mais bien plutôt à la salle. L’assistance était plus nombreuse d’abord, de l’ordre d’une bonne cinquantaine de personnes, la jeunesse étant bien présente, mais ce qui frappait surtout, c’est que près d’un assistant sur  cinq était un conseiller ou un adjoint appartenant à la majorité municipale auxonnaise. Huit conseiller(e)s municipaux/ales étaient ainsi présents, dont trois adjoint(e)s…Peut-être venaient-ils opportunément fêter l’anniversaire de la grande réunion du 18 mars 2014, au cours de laquelle leur mentor avait égratigné sans ménagement ses concurrents ? Il faut dire toutefois que si cette délégation brillait par son nombre, elle brillait aussi par son silence. Tel ne fut pas notre cas, nous le verrons plus tard, la chose n’est pas nouvelle, comme dirait l’autre, nous sommes coutumier du fait…

     Chose plus nouvelle, ce sont les interventions inopinées et répétées, sur le mode de la contradiction, d’une ou deux personnes  dont il semble que le binôme favori n’annonce et ne tienne, lui, aucune réunion. Ces interventions ont pu nuire au côté fun de la réunion, elles n’ont toutefois trompé, ni impressionné personne.

     Et comme toutes les choses restées jadis en travers de la gorge et que l’on n’a toujours pas digérées reviennent régulièrement gâter la fin des réunions de famille, le Charmoy est encore revenu sur le tapis au dessert. Mon ami Jean-Claude Poirson a d’abord parlé d’avenir en questionnant les candidats sur leur position par rapport à une extension future du projet actuel.

     Alors, la porte ayant été ouverte, j’ai emboîté le pas rappelant les manœuvres occultes détestables de début 2009 que l’on peut reprocher à Monsieur Langlois, le caractère grotesque d’une consultation faite a posteriori en 2010 à coup d’affiches imprimées à LURE, et l’ambiance délétère, sur fond de Charmoy, de certaines réunions des cantonales de 2011, qu’un instant, interpellé vigoureusement par une assistante, j’ai cru soudain retrouver.

      Il est vrai que jusqu’à la mascarade de juin 2010, la question ne m’intéressait pas, et puis, un jour, la coupe a débordé : on ne peut pas laisser tromper les gens indéfiniment et laisser non plus défendre des intérêts privés en rameutant le bon peuple au nom de l’intérêt général ! Je n’ai rien contre les lois de la concurrence, rien contre un développement véritablement raisonné et durable, mais je ne supporte pas que l’on trompe les gens !

    Pendant le pot final, un conseiller municipal de la majorité m’a dit que tous mes discours le faisaient bien rire et que de toute façon, ça se ferait. Oui, « les  visiteurs du soir »  ne manquaient pas, avant-hier, à l’Aiglon !

     Le célèbre film « Les visiteurs du soir » (1942) dont nous avons emprunté le titre, est rempli d’allusions à la situation politique du moment, qui n’est évidemment pas la nôtre. Nos lecteurs/trices cinéphiles jugeront eux/elles-mêmes si ce titre est bien choisi pour le compte-rendu d’une soirée dont certaines circonstances peuvent interroger.

PS : Le bulletin de vote de l’un des candidats a un petit goût de gentiane, il nous propose en effet de voter pour le « Canton d’AUXONNE - PONTARLIER-SUR-SAÔNE ».

En un mot l’oignon à la gentiane !

Les visiteurs du soir

Les visiteurs du soir

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 20 Mars 2015 (J+2284 après le vote négatif fondateur)

Retour à l'accueil