ARROSEUSES MUNICIPALES - du 17 JUILLET 2015 (J+2403 après le vote négatif fondateur)

Marinetti venait à peine de décoller et commençait à vous passionner, j’en suis certain ! Mille excuses ! Nous interrompons son vol et quittons momentanément les airs pour retrouver les eaux.

Le site facebook d’un conseiller municipal d’opposition proche de la zone du Charmoy, au sens géographique, publiait le 12 juillet dernier une série de photos attestant d’un arrosage copieux des fleurs du Rond Point de l’Europe, ainsi que de la chaussée de l’Avenue du Général de Gaulle.

C’est un fait, les ronds points sont choyés, brumisés et bassinés avec amour. On en parle dans le journal. Un article du Bien public du 8 courant, intitulé « Un faucheur installé au rond-point des Casernes », précise : « Une nouvelle scène est en projet pour le rond-point de l’Europe, route de Dole ». Pour l’heure, c’est une scène d’inondation !

Il est vrai que ces charmantes idylles sur canapés de gazon bien arrosé ont un côté rassurant, mais elles ne peuvent nous faire oublier les réalités plus crues de l’actualité. Ne comptons pas sur ces Disneyland kitch et aseptisés pour nous sortir de l’ornière.

Ainsi, notre faucheur est resté impuissant face aux échauffourées de la nuit du 14 au 15 juillet dans notre centre-ville. Le Bien public d’hier 16 juillet relatait les faits dans un article intitulé « Bagarres, outrages et rébellion », conclu par notre premier magistrat qui déclarait à ce propos : « Il s’agit de personnes qui ont bu plus que de raison et qui ont cherché à s’en prendre aux gendarmes. C’est le monde à l’envers ! ». La première phrase reflète sans conteste une bien triste vérité, mais avouons que la seconde « C’est le monde à l’envers ! » pourrait paraître maladroite, telle m’a-t-elle paru du moins, en lecteur assidu du Canard enchaîné que je suis.

La parole est une arme redoutable, nos dirigeants en connaissent un rayon là-dessus (et même parfois un rayon d’hyper), et il arrive que, faisant usage de son arme, l’on se tire un mot dans le pied. Ainsi, de Mac-Mahon, Président de la toute jeune IIIème République, visitant les sinistrés lors d’inondations, l’histoire anecdotique n’aura retenu que cette exclamation : « Que d’eau ! Que d’eau ! »

Et nous voilà revenu au rond point de départ : « Que d’eau ! Que d’eau ! » semble nous dire le facebook d’un conseiller municipal proche de la zone du Charmoy, qui pour le reste a donné sa voix lors d’un vote, apportant de l’eau au moulin juridique du maire qui défend le projet d’hyper contre un riverain (CR sommaire du Conseil du 09/07/2013 pp. 20 et 21).

Rendez vous compte, ce riverain, peut-on imaginer ça ! Voilà un citoyen, qui ose tenter de s’opposer à un projet philanthropique décidé et conduit « en toute transparence !» Décidément : « C’est le monde à l’envers ! » Le renfort opportun d’un opposant contre les manigances de cet inopportun et fort déplaisant « rebelle » est sans doute motivé par le fait que le dossier très écolo du promoteur est « béton » sur les économies d’eau, ainsi que sur la qualité de l’air et la protection des chauves-souris.

CHANTECLER n° 7 – du 09 janvier 2012

« Que d’eau ! Que d’eau ! » Pour couper court à cette exclamation et pour fermer le robinet des critiques aqueuses, nous ne voyons qu’une seule solution : l’adoption rapide, par un comité d’artistes, d’intellectuels et d’ingénieurs agronomes réunis, de notre projet, par nature exempt de robinets, biologique et rustique en diable, projet dont nous republions aujourd’hui la maquette précédemment parue.

Mue par l’énergie des fanes de radis de la Ferme ©, cette centrale androïde tripolaire à fort potentiel esthétique et à haut rendement de Carnot, produira gratuitement, par captation de l’humidité atmosphérique ambiante, l’élément aqueux (à queue de radis de la Ferme ©, bien entendu !) nécessaire aux massifs, et qui plus est, opportunément dosé en NPK.

LES RADIS DE LA COMMÈRE - du 05 JUILLET 2015

 

ARROSEUSES MUNICIPALES - du 17 JUILLET 2015 (J+2403 après le vote négatif fondateur)

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 17 juillet 2015 (J+2403 après le vote négatif fondateur)

Retour à l'accueil