VERS DES LENDEMAINS QUI CHANTENT ? (2) du 16 DÉCEMBRE 2015 (J+2555 après le vote négatif fondateur)

Non ! Nous ne vous parlerons pas ce matin de STAR WARS VII, ni du réveil de la force, mais d'un hyper-truc vachement plus bath !

« Sucettes en chocolat » distribuées aux clients « atelier de tatouages éphémères », « animations dédiées aux enfants » …, « l’ouverture de la zone commerciale Leclerc » pourrait-t-elle à Auxonne comme à Wasselonne « créer une dynamique au centre ville et dans la nouvelle zone commerciale » ?

C’est du moins ce que d’aucuns pourraient se permettre d’escompter, s’ils se réfèrent à la lecture  d’un article lénifiant paru le 5 mars 2014 dans les Dernières Nouvelles d’Alsace sous le titre : « Wasselonne Leclerc PENDANT LES TRAVAUX LE PATRON RESTE OUVERT ». Outre une « tournée de chantier avec le patron », l’article dresse un bilan de santé rassurant de l’union commerciale locale, pour ainsi dire ressuscitée. Après Champagnole, le cas de Wasselonne tendrait donc encore à démontrer que le meilleur requinquant pour une union commerciale flapie, c’est la construction d’un hypermarché !

Cependant, la création du pôle excentré du Charmoy continue d’inquiéter bon nombre de nos lecteurs/trices fidèles. Ils/elles ne pensent pas, eux/elles, contrairement à certain artiste nouvelliste très décoré, invité surprise du maire d’Auxonne sur l’estrade du Conseil municipal, et ingénieur en prospective autoproclamé qu’ « en quelque sorte, une synergie commerciale vient de germer à l’est d’Auxonne, [qu’]elle va très bientôt fleurir et [qu’] à son terme ce sera une profusion de fruits»

Nous avons donc pensé qu’ils apprécieraient, en préambule à la survenue du miracle d’Auxonne qui « va très bientôt fleurir et à son terme ce sera une profusion de fruits », la relation du petit miracle de Wasselonne :

« L’ASCA SE PORTE (À NOUVEAU) BIEN

Après une dissolution qui avait un temps laissé place à l’ACIW, sans succès, l’association des commerçants et artisans (ASCA) de Wasselonne a revu le jour en décembre dernier dans son appellation « historique ».

Une renaissance qui a été plutôt bien accueillie par les professionnels, puisque l’association totalise aujourd’hui 38 adhérents, décidés à « créer une dynamique au centre ville et dans la nouvelle zone commerciale », explique la présidente Nathalie Peter.

Autant de commerçants et artisans qui afficheront l’autocollant de l’association sur leur vitrine. Une première manifestation a eu lieu le mois dernier, à l’occasion de la Saint-Valentin : les commerçants et artisans ont remis à leurs clients des sucettes en chocolat. Histoire d’«officialiser» le retour de l’Asca, les festivités devraient en outre battre leur plein le dernier week-end de mars, à l’occasion de l’ouverture de la zone commerciale Leclerc. Au programme, au centre-ville et dans la galerie [N.D.L.R. Chantecler : c’est nous qui soulignons] : des animations dédiées aux enfants, avec, notamment, des cours de cuisine, des structures gonflables, des démonstrations de voitures télécommandées et un atelier de tatouages éphémères. Pour les plus grands, l’Asca organisera une grande tombola lors de laquelle seront mis en jeu un barbecue à gaz, une tireuse à bière, un vélo, un lapin en chocolat de 2 kg et d’autres lots offerts par les adhérents. Ces derniers distribueront en outre des coupons de réduction aux clients. » (Dernières Nouvelles d’Alsace du 5 mars 2014)

Tout ça, c’est du nanan pour Arlette et Gaston, même s’ils ne lisent pas les DNA, mais une bonne presse du même tonneau… quand ils ne l’écrivent pas.

Oui c’est du nanan pour Arlette et Gaston… et Raoul et Robert, mais pas pour tous les Auxonnais(es), quoi qu’on en dise… Même si à la tombola, il y aura peut-être un Père Noël « en chocolat de 2 kg » et aussi « une tireuse à bière ». Oui, une tireuse à bière !

Ou même, pourquoi pas, carrément une « ÉROS-VACHE [qui] produit du vin rouge, du rosé, du blanc, du Ricard et de la bière Vive l’EROS-VACHE !! » (Bloc note intellectuel auxonnais n°3 de 2004 page 32)

Vachement bath ce truc pour mes « libations chaotiques » et pour me « bâfrer de vinasse » se dit Zinzin ! Une bouteille sous chaque pis ! Voilà, en somme, concrétisé le célèbre adage qui parle au fond de toute feuille de vigne-cendrier en céramique d’art au grand feu et qu’Audiard plaça dans la bouche de Gabin : « je boirai du lait le jour où les vaches mangeront du raisin » !! C’est proprement superbe !!

Une petite interrogation subsiste pourtant. Les DNA annonçaient les festivités de Wasselonne dès le 5 mars pour les 28 et 29 du même mois, donc 3 semaines à l’avance.

Pour l’heure, dans Le Bien Public, nos DNA à nous, après la douzaine de clichés nouvellistes du chantier en deux mois, c’est le calme plat ! Pas d’annonce, pour l’instant, de festivités d’ouverture comme à Wasselonne !

Et pourtant, le temps passe… Ne sommes-nous pas déjà le 16 décembre ? Oui le 16 décembre, veille du 17 qui sera le septième anniversaire du « vote négatif fondateur », il y a déjà 2555 jours de cela ! Comme le temps passe !

ANNIVERSAIRE D’UN VOTE POUR RIEN - du 17 DÉCEMBRE 2014

En attendant, pour les sept ans du petit Charmoy, conçu par l’opération d’un Saint-Esprit local très discret après le NON du 17 décembre 2008, buvons avec ÉROS-VACHE, buvons, comme disait Gaston Bachelard, pour nous souvenir ! Imitons Zinzin, « bâfrons-nous de vinasse » pour nous souvenir de ce mauvais coup tordu !

RETOURNER AU CHARMOY - du 9 mai 2013

au Charmoy, à tous les coups l'on gagne

au Charmoy, à tous les coups l'on gagne

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 16 décembre 2015 (J+2555 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Analyses et réflexions

Retour à l'accueil