CHARMOY-CITY : UN MASQUE POUR BONAPARTE  - du 24 mars 2020 (J+4115 après le vote négatif fondateur)

       Faut-il encore  ajouter à la cacophonie ambiante par une avalanche de repost inutiles ?

       À l’heure ou tant de groupes ou de particuliers se prennent pour autant de préfets, laissons aux autorités compétentes le soin de nous informer des mesures officielles.

      Pour l’heure, et depuis les prodromes de la crise nous avons opté prudemment pour un regard un tant soit peu déconnecté de l’actualité brûlante.

     Nous continuons aujourd’hui  par une libre improvisation sur le thème du masque.

    Une publication locale récente à l’initiative de la municipalité sortante, intitulée Du côté d’Auxonne a connu, sinon un grand succès, du moins un très large écho dans nos colonnes, en raison notamment de son caractère proustien revendiqué.

ALBUM « DE L’OIGNON DE CHARMOY-CITY À LA MADELEINE DE COMBRAY »

     L’ouvrage accordait, à juste titre, une large place à l’évocation de Bonaparte à Auxonne. Une nouvelle de jeunesse du futur empereur, intitulée Le masque prophète était même republiée in extenso dans l’ouvrage.

     Aujourd’hui, dans une libre composition, nous proposons à nos lecteurs/trices une petite fantaisie en vers sur Bonaparte et le masque…

 

Un masque pour Bonaparte

 

Poème dédié à Gaston

 

Confiné sur mon piédestal  

En patience je prends mon mal

Et je ne peux même pas descendre,

Aux Invalides sont mes cendres.

 

Les hommes ont déserté la place,

Au vent du Nord mon sang se glace,

Si j’avais une plume là-haut

À Tissot j’écrirais un mot.

 

Vous ne connaissez pas Tissot ?

De l’Helvétie c’est un héros,

Ce grand médecin de Genève

Dont l’Avis, la santé relève !

     

Il me conseillerait sans doute

Comme Antommarchi à Longwood

Quand confiné à Sainte-Hélène

De l’Anglois je purgeais la peine.

 

Mais oublions ce triste temps

Pour en revenir au présent.

Et ne chinoisons pas sans cesse,

Il faut que l’épidémie cesse.

 

Miracle sur mon épaulette

Un pigeon s’arrête et volette

Je vais lui confier un message

Contenant ma décision sage.

 

Vole en Ardèche beau pigeon

Près d’Annonay à Vidalon

Là-bas se trouve une fabrique

D’un papier des plus magnifiques.

 

 

Voles-y, que le vent t’emporte

Prends cet écu et me rapporte

De chez Les frères Montgolfier

D’urgence des masques en papier.

 

                                          C.S.

    

    Bonaparte écrivit effectivement au célèbre Tissot. Les curieux en apprendront plus à ce sujet en relisant

BONAPARTE À AUXONNE ou le Promeneur Solitaire Corse (5) - du 17 septembre 2017

 

Bonne journée et à bientôt !

 

Charmoy-City, un masque pour Bonaparte .jpg

Charmoy-City, un masque pour Bonaparte .jpg

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 24 mars 2020 (J+4115 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Figures libres

 

Retour à l'accueil