SUR LES ÉPAULES DES GÉANTS - du 19 OCTOBRE 2015 (J+2497 après le vote négatif fondateur)

Vous n’imaginerez jamais avec quelle impatience nous attendions la parution du numéro 50 d’Inf’Auxonne ! Non, ce n’est pas que nous attendions, malgré notre titre, un numéro géant, ni par le format, ni par le contenu d’ailleurs.

Mais ce numéro, tout de même, n’est pas un numéro comme les autres. En effet, comme diverses déclarations autorisées faites antérieurement dans la presse locale (Le Bien public des 09/07/15, 01/08/15 et 19/09/15) le laisseraient entendre – n’est-il pas le dernier d’une ère obscure, celle d’avant l’ouverture de l’hypermarché au Charmoy ?

Ne devrait-il pas être de ce fait le numéro béni marquant la fin d’une attente fébrile exprimée sans ambages par notre premier magistrat en ces termes : « Les Auxonnais et moi-même attendons avec impatience l’ouverture de ce magasin, pour la fin de l’année » (Le Bien public du 01/08/15). Je vous confie, en passant, que nombre d’« Auxonnais et moi-même », et il se pourrait bien que vous en fussiez, ne partagent pas ce sentiment d’impatience et qu’ils ne reprendront pas en chœur les laudes (Non ! Pas les gaudes grand-père !) à cet hyper le jour de son ouverture ! Il y a des artistes pour ça, et qui s’y sont pris d’avance !!

Eh bien, à la veille du grand évènement et des lendemains qui chantent, croyez m’en si vous voulez, nous avons cherché en vain des marques sensibles et tangibles de cette impatiente attente dans ce foutu numéro 50. Nib de nib !!! Ou presque…car en scrutant à la loupe le long « Édito » de la page 2, nous avons quand même fini par dénicher ce passage particulièrement chaleureux à l’adresse des commerçants :

« Nous avons un projet pour le centre-ville. Il revient aux commerçants de s’engager réellement dans cette démarche. Il est facile de pleurer. Nous souffrons de nombreuses fermetures. Elles ne sont pas dues à une arrivée de grande surface. Elle n’est pas ouverte. Demain, l’excuse sera facile ».

Avant de commenter plus avant ce passage, constatons tout d’abord qu’il ne nous apprend pas grand-chose sur la « grande surface », sinon qu’« elle n’est pas ouverte » et que « demain », elle servira d’ « excuse facile ». Que l’on soit pour ou contre la « grande surface » en question, avouez que ce discours n’est pas vraiment de ceux qui font rêver !! Le grand récit mobilisateur en jaune-fluo de juin 2010 est en plan !

Et puis, ces quelques méchantes lignes, ça rappelle vraiment trop le vieux couplet du groupe « Auxonne-passionnément » paru dans Inf’Auxonne n° 31 de janvier 2011 (page 2), ce parangon grinçant de sermon péremptoire :

« Reste un chantier important à mettre en œuvre […] : une politique concertée de revitalisation [du] centre ville, dans une collaboration étroite avec les habitants et les commerçants. »

« Malheureusement, jusqu’à présent nos appels n’ont pas reçu l’écho qu’ils méritaient. En effet, les représentants du commerce auxonnais, obnubilés par la lutte contre l’implantation d’une troisième grande surface se sont fourvoyés dans une alliance contre nature avec les grandes surfaces locales. Se mêlant ainsi d’un combat qui de toute évidence ne les concernaient [sic] pas, en scellant cette alliance de la carpe et du lapin, ils ont fait perdre de vue à leurs mandants les questions essentielles, à savoir :

- que faire pour rendre le centre ville attractif ?

- quelles réformes entreprendre pour attirer le chaland et répondre aux besoins de la clientèle ?

- comment tirer parti d’un tourisme qui va se développer ?

En ce début 2011, notre équipe formule le vœu que la raison reprenne enfin ses droits, et qu’une interaction efficace se mette en place pour défendre réellement les intérêts du commerce auxonnais ».

Décidément, la diatribe contre le petit commerce de centre-ville est devenue un sport municipal dans notre ville « sportive, culturelle et festive » ! Mais voilà, 5 ans ont passé depuis la sentencieuse réprimande, et si le chantier au Charmoy s’achève, le « chantier important à mettre en œuvre » pour la « revitalisation [du] centre ville » est resté, lui, à l’état de projet.

Un point positif quand même. En tête de ce long « Édito » de la page 2 on est heureux de lire une nouvelle rassurante : « La rentrée scolaire s’est très bien déroulée. Nos enfants travaillent dans d’excellentes conditions ». Comme disait le brave (il démontra en effet qu’il l’était) Maréchal Le Bœuf à la veille de la Guerre de 1870 : « La guerre dût-elle durer deux ans, il ne manquera pas un bouton de guêtre à nos soldats ». On connaît la suite…

Alors, quand une cafétéria ouvrira au Charmoy, ce sera encore mieux pour nos élèves, car ils pourront toujours, si des aléas climatiques imprévus survenaient, y prendre tranquillement leurs repas, prendre un bon bol d’air pur, et même coucher à l’hôtel !

Oui, le bol d’air pur, je ne l’invente pas !

CHARMOY LAVE PLUS BLANC QU’UN DIESEL ALLEMAND ! - du 28 SEPTEMBRE 2015

Oui, cette cafétéria et cet hôtel, je ne les invente pas, ils étaient annoncés dans Inf’Auxonne n° 25 de mai 2009 (page 3), mais aussi dans le tract municipal sous pli cacheté adressé par la Poste à tous les électeurs pour la consultation de juin 2010. Vous vous rappelez : « Déplacez-vous en masse et VOTEZ !!! ». « Aux urnes citoyens !!! » C’était le bon temps !

En ce temps-là, nos édiles avaient la niaque, ils se défonçaient à la tâche pour que l’hypermarché arrive. On pouvait lire ainsi dans Inf’Auxonne n° 30 d’octobre 2010 (page 2)

« PROJET DE ZONE COMMERCIALE DU CHARMOY »

« Conformément à la volonté clairement exprimée par les Auxonnais(es) lors de la consultation du 27 juin 2010, le nouveau dossier est en préparation avec une attention et une motivation décuplées. Nous vous tiendrons informés dès qu’il sera finalisé. »

C’était le bon temps ! Que sont-ils devenus, la « motivation décuplée » d’Inf’Auxonne n° 30 d’octobre 2010 et le grand souffle lyrique d’Inf’Auxonne n° 25 de mai 2009, ce numéro du siècle ?! Où sont passés l’hôtel et la cafétéria ?

LE NUMÉRO DU SIÈCLE- du 24 FÉVRIER 2015

Inf’Auxonne n° 50 d’octobre 2015 dans ses trois malheureuses lignes consacrées au Charmoy ne semble plus être que le relent mesquin et aigri de l’épopée du puissant Inf’Auxonne n° 25 dans lequel passait un air pur et vivifiant, un vrai souffle. Mais il se pourrait bien aussi que ce souffle fût celui d’une respiration artificielle télécommandée.

Car il est à parier, pour reprendre un mot célèbre de Newton, que si le rédacteur d’Inf’Auxonne n° 25 avait alors une vue aussi ample et construite, c’est qu’il devait être juché sur les épaules de géants. De géants de la grande distribution bien entendu !

La métaphore ascensionnelle est belle, avouons-le ! C’est encore plus fortiche que le plus que jamais d’actualité

ALBUM - MARINETTI MONTE EN AVION

Plus fortiche même, dans le genre ascensionnel maraîcher, que « Zinzin sur le radis monumental », le best-seller aux 30 000 lecteurs qui, cet été, défraya la chronique !

Mais c’est difficile à illustrer a fait remarquer Claudi qui a préféré aller s’inspirer à la cinémathèque !! Charmoy-City, ville culturelle et artistique !

Au fait, la belle prestation sportive de nos élus relatée dans Inf’Auxonne n° 50 incitera peut-être un sponsor à financer une version charmoysienne des « Dieux du Stade » pour fêter l’An I de l’ère nouvelle ! Du boulot en perspective pour les artistes !

L'arrivée d'une locomotive

L'arrivée d'une locomotive

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 19 Octobre 2015 (J+2497 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

 

Retour à l'accueil